Consultez votre dossier 32 avenue René Cassagne / CENON / 05 56 86 75 12
Docteur Martial RUIZ

8 à 11 ans, l'âge des traitements précoces

L’intérêt des traitements précoces, dits "interceptifs", est de profiter de la croissance pour corriger des anomalies dans le positionnement des dents ou dans la croissance des mâchoires. Ils sont destinés à modifier l’implantation des dents, la forme ou la position des mâchoires

En évitant l’installation ou en réduisant la gravité d’une malformation pendant la croissance, on limite la complexité et la lourdeur du traitement futur.

 

L’orthodontiste établira un diagnostic précis parce que tous les enfants sont différents et que les mêmes traitements ne sont pas applicables à tous.

Dans la grande majorité des cas, la phase de traitement interceptif doit être complétée par une autre phase de traitement après l’évolution de toutes les dents définitives de l’enfant.

De nombreuses études cliniques, parfaitement conduites scientifiquement, montrent que ces traitements sont très efficaces et bénéfiques pour résoudre certains troubles.

Toutefois, toutes les anomalies dento-maxillaires ne nécessitent pas une interception précoce afin de ne pas allonger de façon importante la durée globale d’un traitement orthodontique.


Infos pour professionnels

Notre démarche thérapeutique est sous-tendue par les principes de l'Evidence based medicine, terme anglo-saxon pouvant se traduire par Médecine fondée sur les preuves. Il s’agit de fournir au patient, en fonction de son particularisme, les soins les plus efficients ; ceci en se fondant sur l’expérience du praticien étaillée par les meilleures études cliniques issues de la littérature scientifique.

Dans le cas des interventions en orthodontie, cette réflexion amène à chercher le meilleur résultat clinique pour le patient en lui imposant le minimum de contraintes tant dans la nature des soins à prodiguer, dans le port de ses appareillages que dans la durée de traitement. Cette démarche nous amène à nous interroger en permanence sur les contraintes imposées au patient par rapport au bénéfice qu’il peut en attendre.

 

Dans cette optique d’optimisation des soins, les indications des traitements interceptifs en denture mixte sont :

 

  • Contrôler le comportement neuro-musculaire (Succion, déglutition, ventilation).

Il convient d’évaluer l’intérêt de notre intervention par rapport à une éventuelle amélioration spontanée liée à la croissance et à l’âge. Ainsi de nombreuses études cliniques montrent un passage spontané de la déglutition infantile à la déglutition mature. Par exemple, Ovsenik et Al relèvent dans une étude longitudinale portant sur des patients de 3 à 12 ans que 87% des enfants présentent des troubles fonctionnels à 3 ans et ils ne seront plus que 37% à 12 ans. De ce fait, traiter tous les patients présentant des perturbations fonctionnelles à 3 ans conduirait à traiter les problèmes de déglutitions de plus d’un patient sur 2 pour rien.

Tout l’enjeu du diagnostic fonctionnel est de reconnaître ce qui doit être corrigé (principalement les obstacles à la ventilation orale et les langues hypotoniques).

  • Corriger les déficits de croissance maxillaire

L’intervention précoce des déficits de croissance du maxillaire (rétromaxillie ou classe III) permet de limiter le recours à la chirurgie orthognatique à l’âge adulte.

L’interception de cette anomalie dans la croissance de la mâchoire supérieure permet de traiter 70 % de nos jeunes patients avec des résultats stables dans l’adolescence alors que l’absence de prise en charge orthopédique conduit dans la grande majorité des cas à une chirurgie à l’âge adulte.

  • Corriger les articulés croisés et réduire ainsi l’influence de l’occlusion sur la croissance (articulés croisés)

La correction des inversés d’articulés latéraux durant la période d’âge de 8 à 11 ans est stable dans le temps. L’activité de la suture palatine à cet âge permet de stimuler la croissance transversale du palais, d’augmenter, dans certains cas, le volume des fosses nasales et d’améliorer la respiration nasale. L’absence d’intervention à cet âge ne permet plus après la fermeture de la suture palatine de modifications sur la ventilation. La croissance de la mâchoire inférieure se faisant de façon asymétrique, les risques de troubles de l’articulation des mâchoires à l’âge adulte sont augmentés (Troubles Temporo-Mandibulaires).

  • Corriger les problèmes éruptifs

L’interception des troubles de l’éruption des dents permet de simplifier les procédures ultérieures de traitement.

  • Prévenir les accidents traumatiques des incisives

Les enfants présentant un décalage antérieur important de la mâchoire supérieure avec une exposition des incisives maxillaires bouche fermée présentent un risque augmenté de fracture des dents antérieures. Certains appareillages fonctionnels permettent de corriger à cet âge cette anomalie de croissance.

Cette démarche est toutefois controversée. Les études cliniques montrent une augmentation significative de la durée du traitement chez ces patients sans pour autant amener une diminution flagrante des risques de fractures incisives.

  • Améliorer l’image de soi de l’enfant en cas de gène esthétique

L’enfant construit son image à cet âge et ses rapports aux autres, petits camarades ou adultes, peuvent être altérés par un sourire qui serait perçu comme inesthétique. Dans ce cas, l’interception orthodontique ou orthopédique peut chercher à améliorer l’esthétique du sourire de l’enfant en attendant les dents définitives pour pouvoir conduire un traitement complet.